Le Système Panel

 

Le système a été conçu pour interconnecter les bureaux d'une ville ou d'une zone d'appel locale.

Années 1920 le système Panel a été choisi pour automatiser la téléphonie des grandes villes aux Usa et au Canada, il a été développé par la Western Electric Labs, le précurseur des Bell Labs, filiale de ATT, aux États-Unis

Pour répondre au même besoin,parallélement le système Rotary a été retenu pour être utilisé en Europe et fabriqué à l'usine Bell Telephone Manufacturing (Western Electric) d'Anvers , en Belgique.

Les deux systèmes issues de la même stratégie de la Bell System, avaient de nombreuses fonctionnalités en commun.

La force de Bell était pour les grandes villes, qui avaient un grand nombre de téléphones et un pourcentage élevé d'appels nécessitant un routage entre les centraux au sein d'une ville.
Les études de Bell ont montré que les commutateurs Strowger qui était largement utilisés pour les plus petites circonscriptions, étaient plus lents que les commutateurs manuels améliorés d'AT & T dans de telles applications.
De plus, Bell devait faire en sorte que toutes les innovations de commutation soient compatibles avec les commutateurs existants, car les abonnés de tout central automatique de Bell devraient pouvoir communiquer efficacement avec les abonnés toujours connectés à des commutateurs manuels.
AT & T et Western Electric
, sa filiale d’équipement, ont entamé des recherches sur des conceptions alternatives de systèmes automatiques mieux adaptées aux besoins urbains.
La première percée fut l'invention du "traducteur" par l'ingénieur AT & T Edward C. Molina en 1905.
Le traducteur a introduit le concept de contrôle indirect. C'est-à-dire que les impulsions provenant du cadran téléphonique seraient traduites en un code électromécanique différent pouvant contrôler une unité de commutation plus grande. Cela a permis à un téléphone d'abonné de choisir parmi un plus grand nombre de circuits possibles et de séparer le circuit utilisé pour établir l'appel, du circuit utilisé pour l'appel lui-même.
Cela a conduit au développement préliminaire de deux types de commutateurs de contrôle indirect : le panel et le rotary.
Les deux moteurs comportaient des moteurs et des embrayages fonctionnant en permanence pour sélectionner des contacts électriques.
Ce système a un fonctionnement tout en souplesse, de manière non saccadée et qui permet une commutation des circuits plus rapide que les commutateurs à fonctionnement pas-à-pas, et de ce fait une capacité d'écoulement de trafic sensiblement améliorée.


Aux USA : Le plan initial du système Bell visait l'exploitation semi-automatique, où les abonnés appelaient toujours les opérateurs, lesquels composaient le numéro désiré par l'abonné.
Deux commutateurs semi-automatiques de ce type ont été installés à Newark (New Jersey ) le 16 janvier 1915 au bureau central de Mulberry et le 12 juin au bureau central de Waverly (Iowa).

Mais le Bell System a rapidement décidé de passer à la commutation entièrement automatique, notamment en raison de l’augmentation du nombre de téléphones et de l’évolution des conditions de travail.
Avec la croissance du réseau téléphonique, le recrutement et l’emploi d’un nombre suffisant d’opérateurs étaient devenus de plus en plus problématiques.
Le passage à la commutation urbaine entièrement automatique a été rendu possible grâce à un plan conçu en 1916 par l'ingénieur AT & T WG Blauvelt.
Cela a permis de passer à la numérotation automatique sans que chaque abonné soit obligé d'obtenir un nouveau numéro de téléphone.
De plus chaque aboné était équipé d'un nouveau téléphone avec un cadran, sur lequel était simplement ajouté des lettres aux chiffres.
Les numéros de téléphone dans les grandes villes, comme New York, comprenaient le nom du central et un numéro à 4 chiffres.
Ainsi, au lieu de demander à l'opérateur Pennsylvania 5000, l'abonné composait le PEN 5000.
Cela facilitait également la connexion entre les centraux téléphoniques automatiques et manuels, car le numéroteur pouvait composer le numéro entier et un opérateur pouvait recevoir le numéro et connaître le entre manuel. pour laquel il devrait être transmis.

AT & T a installé son premier interrupteur à Omaha, au Nebraska, en décembre 1921, et son deuxième à la bourse de New York, en Pennsylvanie, en octobre 1922. Ils seront emplacés par des systèmes modernes dans les années 1970.
En 1930, tous les téléphones de Manhattan étaient connectés à un commutateur.
Des transitions similaires ont eu lieu dans les principales zones métropolitaines du pays, mais en raison de son coût, de sa complexité et de ses exigences élevées en matière de maintenance, le système Panel n’a jamais été adopté en dehors des États-Unis.

Le dernier centre a été mis hors service au bureau central de Bigelow à Newark en 1983.



sommaire

Document ;
Un beau document support de cours de la Western Electric;

Un autre;

Pour les amateurs de technique : la série d'articles suivante explique le système et les divers contextes spéciaux de son fonctionnement.
Le système de commutation téléphonique cadran (en anglais)

Dans cet article, nous apprendrons l’évolution de ce système, les mécanismes uniques autour desquels il tourne et les implications de son principe opérationnel de base, connu sous le nom de contrôle.
Des détails considérables sur le fonctionnement du système sont donnés, mais pas habituellement au niveau du circuit, sauf lorsque cela est nécessaire pour illustrer un concept important. Cet article traite des détails les plus utilisés de ces arrangements.

Au cours du processus de conversion dans une ville donnée, qui pouvait durer une décennie ou plus, des dispositions élaborées permettaient aux abonnés desservis par l’un ou l’autre type de système, d’atteindre les abonnés servis par l’autre type de manière simple.

Une analyse détaillée d’un système de signalisation téléphonique
(PCI) a été développée pour prendre en charge ces systèmes d’interopérabilité.

Un autre document de formation de Western Electric