Le système Ericsson 500, l'automatisation du téléphone en Suède.


Le développement du système à 500, avec ses barres de sélection caractéristiques qui traversent des fils nus, a une histoire quelque peu tortueuse. L'idée initiale du système a été conçue par Axel Hultman, directeur de Televerket, le PTT suédois, à Stockholm.

Après 1910 alors qu'Ericsson avait considérablement progressé dans le développement, en ce qui concerne la technologie de commutation manuelle, la société perd du terrain face à la concurrence en matière de téléphonie automatique.
HULTMAN, AXEL Après avoir mené des expériences sur le télégraphe public pendant plusieurs années dans le domaine de la commutation automatique, Hultman, agissant en tant que particulier, a signé un accord de coopération avec Ericsson au printemps 1913.

Selon l'accord de coopération, les parties développeraient les idées de Hultman et demanderaient des brevets en son nom.
Le contrat accordait à Ericsson le droit d’utiliser des brevets futurs, tandis que Hultman devait recevoir des redevances pour les ventes d’équipements de commutation de la société basées sur ses brevets.

sommaire

En Suède, le droit d'utilisation d'Ericsson était toutefois limité aux livraisons à Televerket, excluant ainsi son principal concurrent à Stockholm à cette époque, AB Stockholmstelefon, qui était une filiale de Stockholms Allmänna Telefonaktiebolag (SAT).



  • Au cours des années suivantes, les travaux de développement se sont poursuivis sur un système comportant 10 000 commutateurs de ligne qui circulaient sur des fils dénudés.
    Outre Hultman, les ingénieurs Ericsson Martin Löfgren et Sigurd Johanson ont participé à ces travaux.
    sommaire
    Les commutateurs du système 500, ont été créés après la fusion d'Ericsson et de SAT en 1918 et sont le résultat d'un projet de développement parallèle lancé par Ericsson. l'ingénieur de l'entreprise Knut Kåell.
    Knut Kåell a été nommé directeur du département des stations automatiques chez Ericsson.
    Il affinait ici les idées du système téléphonique automatique développé par Axel Hultman au sein de Televerket, le PTT suédois.
    Les multiples barres lisses étaient uniques et ingénieuses, mais le grand commutateur, qui était à l’origine dimensionné pour 10 000 lignes, était lourd. Kåell a déterminé que la taille multiple devrait être de 500 lignes.
    Le premier interrupteur de Hultman a été conçu autour de deux mouvements à angle droit, mais Kåell pensait que le commutateur serait plus simple et plus fiable si un mouvement rotatif était utilisé, suivi d’un mouvement en spirale.
    Ces idées ont abouti en 1919 au fameux commutateur 500 ou AGF500, qui serait le principal produit de la société pour une décennie.
    Les selecteurs étaient disposés en éventails, constitués d’éléments rotatifs de base (modèle RVA avec balais de nettoyage des contacts intégrés) horizontaux en forme de plateau à 25 positions tournant à 90°, donnant 500 points de sortie (25 positions angulaires de sortie pour 20 positions commandées radialement, en profondeur, par une tige plongeuse correspondant à 20 lignes possibles pour chaque position angulaire).
    Des arbres rotatifs verticaux distribuent l’énergie motrice au commutateur en tournant continuellement
    Chaque plaque de sélection est entraînée par un moteur commun dans chaque direction.
    Un commutateur AGF 500 est capable de gérer jusqu'à 20.000 abonnés par cœur de chaîne si toutes les volumineuses extensions possibles sont installées.
    C'était un produit dont Ericsson était très fier. (voir une vidéo Ericsson sur le sujet) et si vous comprenez le Suèdois, une vidéo sur un centre en fonctionnement. Et une autre ...
    (Schéma de 1922)
    ( Une petite vidéo sur les mouvements du sélécteur et une autre )

  • sommaire

    Il est intéressant de noter que Löfgren avait expérimenté une conception utilisant un mouvement de commutation similaire avant 1918, mais qu'il avait abandonné cet effort, car cela aurait porté atteinte à un brevet détenu par SAT.
    Ce fait, en combinaison avec droit limité d'Ericsson d'utiliser le brevet de Hultman, a conduit Löfgren à croire que la conception ne pouvait être utilisé en Suède et que la principale raison était la forte concurrence dans la téléphonie entre Stockholmstelefon et Televerket.

    La fusion entre SAT et Ericsson en 1918 a toutefois éliminé la situation concurrentielle, ce qui a influencé le développement du système 500.
    Un certain nombre de différents ont caractérisés la période suivante. Martin Löfgren, appuyé par d’autres membres d’Ericsson, a affirmé qu’il avait fortement contribué à la conception des équipements qui avaient par la suite été brevetés au nom de Hultgren.
    La direction, cependant, a montré peu de compréhension pour les arguments de Löfgren. Un autre litige concernait le processus de décision alors en cours au sein de Televerket en ce qui concerne le choix d'un système de commutation automatique pour son réseau de Stockholm, qui avait également été considérablement élargi grâce à l'acquisition du réseau de Stockholmtelefon.

    La tâche de fusionner les deux réseaux a été confiée à Axel Hultman
    .
    Avec l'achat du réseau du concurrent, il est devenu l'ingénieur en chef de Televerket à Stockholm. Hultman a critiqué la conception des 500 commutateurs à plusieurs égards, en dépit du fait qu’elle était basée sur ses propres brevets, préférant plutôt une conception avec des commutateurs plus grands.
    L’opérateur public comprenait un certain nombre de systèmes étrangers bien établis, ainsi qu’un système suédois mis au point par G A Betulander et Nils Palmgren, qui avaient tous donné de bons résultats lors des tests.
    Lorsque la Televerket Suèdoise a finalement choisi le système à 500 commutateurs d'Ericsson en 1921, cela marquait la fin d'un processus de décision prolongé dans lequel Ericsson et Televerket avaient été contraints de faire des compromis.
    En outre, le système de commutation crossbar développé par Betulander et Palmgren avait été pratiquement éliminé, en partie grâce à Ericsson qui avait pris le contrôle de la société Betulander en décembre 1919 et en partie parce que le système crossbar était moins adapté aux grandes stations de commutation.
    Le premier Switch 500 a été installé en mai 1923 (5000 abonnés), ouvert le 2 août 1923 à Rotterdam et le second à Norrtullsgatan 47 à Stockholm le 13 janvier 1924 (5000 abonnés)
    Les nombreuses stations mises en service avec succès au fil des ans soulignent la capacité fonctionnelle du système, compte tenu notamment du fait qu'il existait dans de nombreux cas des systèmes concurrents développés par des sociétés ayant une expérience considérablement accrue des systèmes téléphoniques automatiques.
    Ce commutateur fut installé ensuite massivement en Suède.
    1928. Le switch
    Knut Kåell est resté avec Ericsson jusqu’en 1959. En reconnaissance de l’appréciation de la société pour son travail dans le domaine de la technologie téléphonique, il a reçu le millionième commutateur à 500 exemplaires, un prix qu’il appréciait beaucoup.

    L'
    AGF 500 est un système basé sur les impulsions de contrôle inverses comme son prédécesseur aux USA le ROTARY 7A.

    sommaire

    1924 En France, le premier et unique commutateur AGF500 est mis en service le 21 septembre 1924 à Dieppe sur 1500 abonnés.
    . Il lui a été préféré le système Rotary 7A/7A1 par l'administration des P & T, la raison alors invoquée était le surcoût de 12% du système suédois lors du choix pour Paris...
    - La seconde raison est que les baies du commutateurs étaient importées directement de Suède, ce qui lésait les travailleurs français, condition éliminatoire à l'époque où nos hommes politiques pensaient vraiment aux citoyens français et à l'emploi en France.
    - Le commutateur AGF500 de Dieppe fut remplacé le 29 janvier 1960.
    Vue d'un sélecteur AGF500 provenant du commutateur de Dieppe (1924-1960)
    En bas, à gauche et à droite, sont installés deux des "râteliers" de contacts de connexions, sélectionnées par la tige plongeuse

    1926 La première grande station à commutation crossbar a été fabriquée par Televerket et mise en service à Sundsvall Suède.
    L'aventure de la commutation téléphonique continue et les Suèdois sont de grands inovateurs, lire les travaux de BETULANDER

    Depuis 1927
    , la fabrication du système LME 500 points sous licence L.M. Ericsson a eu lieu en URSS dans l’usine Krasnaya Zara de Leningrad. Le premièr centre produit dans cette usine a été mise en service à Rostov-sur-le-Don en 1929.
    À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la majeure partie de l'infrastructure de télécommunication avait été détruite, y compris l'usine Krasnaya Zara; il a été décidé de reconstruire l’usine et de passer à la production d’un commutateur ATS 47 basé sur un modèle allemand d’avant-guerre.
    La production de l'ATS 47 a débuté en 1947. Une version améliorée de l'ATS 54 a été conçue en 1954.
    En 30 ans, quelque 11 millions de lignes d'abonnés ont été installées avec l'équipement ATS en Urss.

    1931 Ericsson avait livré environ 100 centraux Ericsson 500 totalisant plus de 350 000 lignes.
    Les ventes ont continué d'augmenter pendant plusieurs décennies et n'ont pas diminué de manière significative avant les années 1970.

    En 1974, 4,8 millions de lignes utilisant ce système étaient en service dans les stations téléphoniques publiques.

    Le central de Stockholm a été remplacée par une station AX le 31 mai 1985.
    Et bien sûr, nous en avons un pour Ericsson Katrineholm en Suède. Televerket (old Telia) nous a fait un don. Et devinez quoi, c'est l'un des 500 derniers commutateurs à être mis hors service.
    C'était dans les années 1990 !!!
    Norra Vasa à Stockholm
sommaire